Endometriose : Thérapie naturelle. La naturopathie pour accompagner les symptômes en douceur
Endometriose : Thérapie naturelle. La naturopathie

L’endométriose est restée une maladie mystérieuse pour la médecine conventionnelle très longtemps, bon nombres de gynécologues et obstétriciens, ne savent pas y mettre un diagnostic quand la maladie n’est pas encore bien développée.

Pendant des années voir des décennies, les femmes atteintes de cette maladie inflammatoire, ne savaient pas comment expliquer leur douleurs et leur détresse.

Quels sont les symptômes ?

Dans certains cas l’endométriose est asymptomatique jusqu’à un stade chronique.

  • Douleurs et contractions dans le bas ventre dans toutes les positions
  • Sensations de chocs électriques dans le bassin diffusent dans la zone du sacrum
  • Sensation de brulures urinaires
  • Trouble digestifs
  • Constipation ou diarrhée chronique
  • Douleurs lors de rapport sexuels
  • Difficulté de procréer
  • Saignements hors cycle menstruel
  • Saignement dans les urines
  • Lombalgie, dorsalgie
  • Cette liste n’est pas exhaustive

La vie d’une femme est boulvérsée par tous ces inconforts au quotidien. Elles se sentent isolées, face à l’incompréhension du conjoint, des proches, des collègues et aussi de leurs patrons. Certaines renoncent a leur carrière, quand d’autres se retrouvent licenciées ou mise a pieds a cause des arrêts maladie a répétition.

Cette maladie est généralement diagnostiquée tardivement, permettant la migration du tissu endomètre, vers les intestins, supposé resté à l’intérieur de l’utérus .

La médecine naturopathique a pour principe de base « ne pas nuire » , ensuite il est nécessaire de se concentrer sur le mode de vie de chaque individu, de son alimentation quotidienne (facteur d’inflammation) , la médication, et le rapport avec les autres pathologies déjà installées.

La naturopathie accompagne les symptômes de l’endométriose :

Il est toujours possible d’améliorer les symptômes d’une pathologie en modifiant certains paramètres de la vie de tous les jours, en privilégiant une hygiène de vie globale, en parallèle du suivi médical.

La micro-nutrition :L’endométriose est une maladie inflammatoire, il est d’une importance capitale, d’éliminer progressivement les aliments pro-inflammatoires, et soutenir le système immunitaire. Il n’y a pas de mystère, les éléments pro-inflammatoires sont le fast food, regime carnè ( trop de viande), trop de mucus dans les produits laitiers (vache), conserves, l’alimentation industrielle, l’alcool, les boissons gazeuses, sucrées, le sucre raffiné, les farines raffinées….

Le premier conseil est de travailler des produits bruts (légumes,fruits, aromates frais …) prendre le temps de cuisiner sans additifs, et prendre plaisir a manger des plats dépourvus de toutes substances issue de la chimie.

L’excès d’œstrogène dans l’alimentation moderne est également un facteur d’aggravation des symptômes, on citera tous les produits dérivés du soja (lait, tofu, produits transformés, yaourts …), les produits a base de houblon, certaines plantes en phytothérapie, l’usage des huiles essentielles peut être dangereux , car la liste des huiles estrogéniques s’allongent depuis une dizaine d’année, nous citerons la menthe poivrée, le tea tree, la sauge, l’anis…. il est recommandé de vérifier si l’huile est œstrogénique avant son achat.Baisser la consommation des huiles hydrogénées (extraite a haute température), le tournesol, l’arachide…privilégiez les huiles « première pression a froid », olive, noix, colza, courge …. Sans cuisson pour garder les propriétés nutritionnelles (oméga 3, Omega 6, Omega 9).

Augmentez la consommation des poissons gras, maquereaux, sardines, harengs… il est préférable de les choisir petits, pour le taux de métaux lourds. Intégrez quelques fruits secs et oléagineuses pour un apport supplémentaire en oligo-éléments.

La gestion des émotions :Le stress oxydatif du corps, favorise l’apparition des inflammations, les patientes atteintes d’endométriose sont facilement irritables, et d’une grande fragilité psychologique en période de grandes douleurs. Les techniques de relaxation sont d’une grande utilité (pour débuter 10 mns par jour) dans ce cas, apprendre à mieux respirer, méditer, prier, revenir vers sois, écouter la détresse de son corps, permet de mieux le comprendre, et savoir comment l’accompagner à moins souffrir.

Marcher et bouger : Une activité physique est un allié anti douleurs indispensable, pour améliorer les conditions physiques, mais aussi, pour privilégier le cycle d’élimination métabolique ( effet antalgique garantie).

Une oxygénation du corps, permet de le détoxifier, une balade a pieds d’une trentaine de minute par jour est déjà une bonne activité physique, on peut aussi opter pur des disciplines douces, comme le yoga, la sophrologie, le pilate.

Observer son environnement :Les produits d’entretien ménager peuvent être un facteur d’inflammation, un logement très humide, le tabagisme, passif ou actif, les produits cosmétiques également (shampoing, gel douche, déodorant, maquillage, crème hydratante ….), le contact des substances toxiques volatiles (pollution intérieure, meubles, jouets, textiles…)

L’usage des tampons et la cup en cas d’endométriose est déconseillé.Les femmes atteintes d’endométriose, ne bénéficient pas d’un suivi, pour améliorer leur conditions de vie, afin d’éviter de se sentir isolée et seule a gérer cette maladie sournoise.


Cabinet de naturopathie Mariam Coornaert Phyto-Nutri-Aroma

Contact :  Mariam Coornaert Bennis

Naturopathe . Nutrithérapeute . Aromathérapeute . Iridologue


Membre de l’OMNES Association de Naturopathes Professionnels

Certifié de l’Académie Européenne de Médecine Naturelle


Tél. 06 48 04 67 66 . E-mail : cabinet@naturopathe-77.fr

Cabinet médical . 44 rue Sadi Carnot . 77810 Thomery

N° de SIRET. : 850 797 697 000 16


Suivez l’intégralité de mes articles et mon actualité sur http://www.naturopathe-77.fr

Facebook . Instagram . LinkedIn